Répertoire
breton
Guy Le Borgne, 1667

Nouvelle Instruction des termes usitez au blason des armoiries
selon l’ordre alphabétique

avec le nombre des emaux,
leurs significations, et representations
des Ecus & pièces plus difficiles, que l’on admet ordinairement en cette Science Heraldique, & ne pourroient être comprises d’un châcun, sans les Figures cy-après.


Instruction des termes usitez au blason des armoiries, selon l’ordre alphabetique,

avec le nombre des emaux, leurs significations & representations des ecus & pieces plus difficiles que l’on admet ordinairement en cette Science Heraldique, & ne pourroient estre comprises d’un châcun, sans les Figures cy-apres.


Blason, ou blasonner, est proprement déchiffrer & dépeindre les Couleurs & Metaux en un mot, appellez Emaux, qui selon l’oppinion commune des Armoristes, tire son origine du mot Aleman, Blasen, qui vaut autant que loüer, ou exalter avec pompe la memoire de quelque Illustre.

Dans le Blason des Armoiries l’on admet deux Metaux, cinq Couleur & deux sortes de Foureures, autrement appellées Pannes, ou Pennes.

Les deux metaux sont, Or, & Argent.

L’or s’exprime par les Graveurs qui gravent correctement par petits points, ainsi que vous pourez remarquer, par la Figure cy-apres.

L’argent dans son naturel est sans aucune hacheure.

Les Couleurs, sont l’Azur, qui est Bleuf, Gueulle, qui est Rouge, Sinople, Vert, Sable, Noir, Pourpre, Violet, qui est une Couleur Mixte, composée d’Azur & de Gueulle, [page ii] & se prend tantost pour Metail, tantost pour Couleur, la quelle est peu usitée dans cette Province, & dans le Royaume, mais bien chez les Estrangers.

Les Foureures, sont deux en nombre, sçavoir.

L’hermine, qui s’exprime par Blanc ou Argent avec de petites moucheteures de Sable, est faite en forme de Croix semées confusément, ou avec nombre reglé dans l’Ecu.

Le Vair ou vairé, est fait en forme de Pots, Chapeaux, ou Cloches, mises les unes sur les autres, & n’est autre chose qu’une feureure de Beste, qui ressemble à un Chat d’Espagne, dont la couleur s’exprime tousjours par argent & azur, & s’il est d’autre couleur & metail il le faut specifier.

L’Azur est exprimé des Graveurs par le haché en fasce, ainsi que vous pourez remarquer par les figures suivantes.

Le Gueulle par hacheures en pal.

Le Sinople par haché en bandes.

Le Sable par double hacheures en fasce, & en pal.

Le Pourpre par hacheures en barre ou contrebande : laquelle façon & maniere de connoistre les metaux, & couleurs par l’inspection du traict de la graveure, ou hacheure que l’on tient avoir esté premierement inventée par le P. Sylvestre, Pierre Saincte, Jesuite, en son livre intitulé tesseræ Gentilitiæ.

Il y à quelques Armoristes qui admettent une sixième Couleur qu’ils appellent Carnation : c’est à dire couleur de chair, ou au naturel de quelque Beste, ou Sauvage&: Mais elle ne peut servir de Champ, ains est tousjours posée sur l’un des Metaux, & est seulement usitée en ce Royaume, & rarement chez les Estrangers.

Et est à remarquer que ces preceptes du Blason n’ont esté guere suivies qu’àpres les croisades & les voyages que l’on a fait en la Terre Sainte.

[page 1]

A

Abaissé, se dit de quelque grande piece posée plus bas que son assiette ordinaire.

57. Abisme, c’est le cœur, le milieu, ou le centre de l’Ecu, comme quand l’on dit posé en abisme, c’est lors qu’au milieu de l’Ecu, on met une autre piece differente, comme Ecussion, Croissant, Estoille, ou autre chose semblable, qui estant de méme email que les pieces principales, voire de different, ne se peut passer, qu’inproprement pour briseure & intersigne de juveignerie, estant loisible de commencer, si on veut à blasonner & charger l’Ecu par la piece méme posée en abisme.

94. Accollé, ou collette, se dit lors que au col de quelque animal, on y met un colier qui est d’autre couleur ou metail que le corps.

Accollé, se dit aussi d’un chesne accollé de lierre, ou qui accolle deux Ecus, ou autre chose ensemble.

Accompagné, ou environné se dit, lors qu’autour d’une piece principale de l’Ecu, il se trouve d’autres petites pieces, d’un méme, ou different email.

Accorné, lors que les cornes de quelque animal, sont d’autre email que son corps.

14. Adextré, c’est à dire posé au costé dextre.

Adossé, lors que deux pieces sont tournées dos contre dos.

Affronté, au contraire, lors que deux animaux ont front contre front, & se regardent l’un l’autre.

[page 2]

84. Aigle, se represente tantost à une teste, tantost à deux, mais toûjours éployée, ou aisles couvertes, quelques-fois il s’en voit sans couronne, ou ouronnée d’un méme, ou different email que le corps, & quelque autre fois il s’en trouve que les jambes & griffes sont aussi d’autre couleur, que l’on appelle membré, & si le bec l’est aussi, l’on dit becqué, ce qu’il est necessaire de specifier, on dit aussi aiglons ou aiglettes, quand il s’en trouve plusieurs en l’Ecu & different des Allelions ou Allerions, en ce que les Aigles ont bec & pieds, & les Allerions n’en ont point.

Aisle, se dit de toutes sortes d’oyseaux, quand elle est seule, quand il y en a deux, l’on blasonne un vol, quelquefois l’on dit un demy vol quand il n’y en a qu’une.

Aislé, se dit aussi bien d’un dragon, que d’un oyseau, lors qu’elle sont d’un autre email, que le corps de l’animal.

Alizé ou Alaize, arresté, coupé, ou racourcy, c’est la méme chose, & se dit des croix, fasses, sautoirs, chevrons & autres choses semblables, lors qu’elles ne touchent de leurs extremitez les bords de l’Ecu.

85. Allelions ou Allerions, sont petits Aigles, qui n’ont ny bec ny jambes, mais les aisles étenduës & different des Merlettes, en ce qu’ils sont toûjours debout & en pal, & les Merlettes les aisles toûjours serrées & posées en fasse.

Alumé, se dit des yeux, & principalement du poisson, lors que les yeux sont d’autre email que le corps.

Amphistre, ou Amphistere, c’est un serpent Aislé qui a la teste d’un autre serpent à la queuë.

83. Ancolies, sont certaines fleurs de couleur azurée assez usitées au Blason, des Armoiries, & sont, le Symbole [page 3] d’amour envers Dieu, & charité envers le prochain.

Ancre, se represente tantost en pal, tantost en fasse, ou autrement, quelquefois la Stangue d’un autre Email, c’est à dire le fer ou baston dont il est emmanché & quelque autrefois la Trabe aussi de different Email, qui est le bois dont le dit baston est traversé au milieu, de laquelle est un Anneau, où est passé la gumene, autrement la corde ou cable en terme de Mariniers.

65. Anneaux, ou Anneletz, de figure ronde beaucoup videz au milieu sont le Hyerogliphe de l’Eternité, & representent en outre, le Ciel, le Monde, la Fortune, & les Richesses, la Franchise, la Foy, & la Fidelité : les Anneletz se nomment aussi quelquefois Vires au Blason quand ils sont entrelassez les uns dans les autres.

Anille, est en forme de deux doubles crochets adossez, liez ensemble par le milieu, representant un fer de moulin, & les pieces qui ont les extremitez en forme d’anilles, se blasonnent Annillez.

Animaux, se doivent representer en leur Assiette, & posture la plus naturelle, comme le Lion rempant, Leopard passant, Cheval cabré, guay, ou effrayé ; Lours debout, le Chat effarouché le dos levé, le Dauphin en forme de Croissant, le Loup ravissant, le Taureau furieux, le Belier sautant, la Brebis & l’Agneau paissant & ainsi des autres.

Animé, se dit de l’œil d’un Animal, quand il est d’un email different.

23. Anté, se dit plus ordinairement de la pointe de l’Ecu & quelquesfois des Fasses qui different de celles que l’on dit ondées, en ce que l’enté est plus contigu & plus pointu que les ondes, & est en forme de Cloches, ou de Chapeau, finissant en rond d’une [page 4] & d’autre part, telles sont les Armes de Maillé.

Appaumé, se dit de la main qui montre le dedans.

Arbre, quelquefois se represente avec les feilles, ou sec, avec fruit, ou fleur, le chesne se dit Anglanté, & quand le tronc est d’autre couleur que les branches, il faut dire fusté.

Argent, est le second des metaux, admis au Blason, qui signifie, esperance, verité, innocence, continence, pureté de vie, benignité, temperence, qui sont vertus Chrestiennes, & pour qualitez mondaines, la beauté, gentillesse, splendeur, & franchise.

Armes, ou Armoiries, sont synonimes, dont je trouve qu’il y en a six sortes selon l’opinion commune des Armoristes.

Premiere, sont appelleés Miraculeuses, ou Celestes de cette nature sont les Armes de France, de Portugal, & celles de Ducs de cette Province, pour les raisons qui sont cy-devant deduites, & encore celles de l’Empereur de Constantinople qui est une Croix, qui apparut au Ciel à Constantin en combatant.

Deuxiesme, sont celles qui ont esté prises ou données par des Princes souverains, à certaines maisons & familles pour quelque grand exploit de guerre, & s’appellent Armes vertueuses, telles sont les Armes d’Autriche pour les raisons aussi cy-devant inserées sur la lettre A des illustres.

Troisiesme, sont naturelles comme celles de Rohan, qui se rencontrent dans les feilles des Arbres, les pierres & poissons de cette maison.

Quatriesme, Postulatitiæ dicuntur, c’est à dire Armes d’enquerre, ou d’enqueste, d’autant questant faites directement contre les regles, & preceptes, du Blason, on s’enquiert d’abord de la raison de ces Armes ainsi extraordinaires [page 5] & telles estoient jadis les Armes de Godeffroy de Boüillon qui ayant conquis la terre Sainte, & s’estant fait couronner Roy de Jerusalem, par un acte de vaillance prodigieux & extraordinaire, trouva à propos de prendre les Armes que vous voyrez sur Hierusalem, ainsi fauces & contrefaites, pour donner lieu de demander le pourquoy & rendre par ce moyen cette action Memorable à la posterité&: il n’apartient toutefois qu’aux Princes seuls de déroger entierement, à cette loy si generale, qui defend de porter en Armes, metail sur metail, & couleur sur couleur.

Cinquiesme, sont celles qu’on appelle fortuites d’autant qu’il n’y à presque point de raison, pourquoy elles ont esté forgées, ou au moins on l’ignore.

Sixiesme, sont celles qui ont quelque rapport & affinité, avec leurs noms, & sont appellées Armes parlantes, ou Armes qui chantent, comme par exemple la ville de Tours porte des Tours, la Roche posé, un Lyon posé ou Leopardé, Crequy un Crequier, Mornay un Lyon Morné, la Corbinaye un Corbeau, du Chesne, un Chesne & en cette Province, Fougeres, un Rameau de Fougeres, & autres lesquelles Armes ne sont pas reputées bien bonnes pour l’ordinaire, selon le sentiment de quelques Armoristes, neantmoins qu’il y à plusieurs bonnes & illustres Maisons, outre les precedentes qui ne laissent d’en porter de pareilles.

Armé, se dit ordinairement des Animaux à quatre pieds, & des Dragons, lors que les ongles, & les dents, sont d’autre email que le corps, & se peut aussi dire quelquefois des Oyseaux, mais non pas si proprement, comme membré des pattes, & becqué ayant le bec d’autre email que le corps.

Arraché se dit des Animaux, tant terrestres que [page 6] vollatifs, lors que le poil, la plume couvrent la chair, & lors que cela n’est pas coupé net.

Azur, est une des couleurs du Blason, la premiere & plus honorable, qui est bleuf celeste, Lazur represente le tribunal de Dieu le sejour des bien-heureux, il signifie aussi, Justice, Temperence, Loyauté, Chasteté, Fidelité Eternelle, & des qualitez mondaines, Loüange, Douceur, Beauté, Noblesse, Victoire, Richesses, Perseverence, Vigilence, Fidelité de cœur, & dilection.

B

Bande, est une des pieces qu’on appelle ordinairement honorable, & lors qu’elle est seule, doit tenir la tierce partie de l’Escu, elle descend de la partie dextre du chef, à la senestre vers la pointe, quand le nombre en est impair on dit Bandé de ... & de ..., & lorsqu’elle est seule dans l’Escu, & un peu arondye par les bouts fort estroite on la Blasonne, Baston, ou filet brochant sur le tout, l’on dit aussi pery en bande quand elle est fort courte, & quelque peu arondy par les bouts, il y à autant de sortes de bandes que de faces.

Banderolle, est une petite Banniere que l’on met au bout des Lances, quelquefois aux pavillons des Navires, sur le haut des Maisons, & ailleurs, elle se prend aussi quelqu’autrefois, pour la Banniere que portent les soldats en escharpe, bandolieres ou baudriers.

Banniere, en sa vraye signification, est une enseigne, qui guide les gens de guerre, qu’on appelle Drapeau, & parce que la forme des bannieres est quarée, les Armes qui sont de mesme s’appellent en Banniere, d’où vient le mot de Banneret, qui est plus que simple Gentilhomme, ou Chevalier, d’où les anciens Barons ont [page 7] pris leur premiere denomination & origine.

Barbé Barbelé ou qui a barbe, se Blasonne principalement du Cocq, & du Dauphin, lors que leur barbe, ou creste inferieure est d’autre email que le corps.

Barre, traverse ou Contrebande, est selon la plus commune opinion signe de bastardise, principalement quand elle est plus petite, & etroite que l’ordinaire, elle à ces mesmes dimentions, & proportions que la bande, quand elle est seule & differe en ce qu’elle est tirée de l’angle senestre du chef de l’Escu à l’angle dextre de la pointe, maintenant on se sert du Baston racourcy, pery en Barre, & posé en Abysme.

29. Baston est une piece assez commune, & se pose comme les bandes, & les Barres, quelquefois il est brochant sur le tout, quand il tire de l’une des extremitez de l’Escu à l’autre.

30. Baston, pery ou racourcy est lors qu’il ne touche les bords de l’Escu, est fort court & arondy par les bouts, comme j’ay dit cy-devant.

Bassinet, c’est un casque à l’antique.

Bastaillé ou Bastelé, se dit lors que le battant d’une cloche est d’un autre email que la cloche.

Bastillé, c’est à dire garny de Tours lors que sur une Tour il y en a plusieurs autres.

Becqué, lors qu’un oyseau à le bec d’autre email que le corps.

Beffroy, Voyez vair contre vair.

67. Bezans, sont figures rondes pleines & massives & sont tousjours de metail, & jamais de couleur, on n’admet au Blason que jusques au nombre de huit ou dix, & s’il y en à davantage, on dit semé de bezans, ou bezanté, qui est à dire garny de bezans : Pour sçavoir ce qu’ils representent en Blason, voyez le mot d’Anneaux, ou Annelets, [page 8] d’autant qu’ils ont mesme signification.

69. Billette c’est une figure quarrée oblongue.

70. Billette, est quelquefois percée, & lors on l’appelle forcée, ou percée.

Bisse, Givvre, ou Guivvre, est un Serpent, ou grosse Couleuvre à la queuë ondée, ou tortillée.

54. Bordure, est une espece de briseure, & est un passement tout au tour de l’Escu, & estant seule doit occuper la sixieme partie de la largeur de l’Escu il s’en voit comme des bandes, de componnées, endentées, engreslées, chargées, &c.

Bourdonné se dit ordinairement de toutes pieces dont les extremitez sont ornées de bourdons, ou de deux pommes l’une plus grosse que l’autre, & se voit des croix bourdonnées & autres pieces, mais rarement.

Boutonné, se dit en deux façons, la premiere lors que le cœur d’une Roze, ou autre fleur est d’autre email que les feilles de la fleur, la deuxiesme se dit des boutons des fleurs non Epanouys qui sont aussi d’autre email, que le pied qui les soûtient.

Bouterolle, c’est le fer qui se met au bout du foureau de l’espée.

26. Bretesse, ou Breteche, sont comme forme de Creneaux qui se trouvent rengez sur une piece platte, comme sur une facé, bande, ou autre chose, quand il y a des Creneaux, des deux costez on les blasonne, doublement Bretessée, que si au droit de la Bretesse d’enhaut, il y a un vide en bas, on dit Contrebretessé.

Briseures, sont les pieces par lesquelles, on distingue les Armes plaines d’une Maison, ou Famille, entre les freres, & autres deffendans, comme Lambel de trois ou plusieurs pendans la bordure simple, componée, engreslée, dentelée, le baston, le croissant, la bande en [page 9] devise, ou barre, &c. qui denotte plus ordinairement bastardise.

L’aisné de la Maison porte les Armes paternelles pleines sans aucune briseures.

Le premier Cadet prend le Lambel, ou Lambeau de trois pieces en chef pour briseure.

Le deuxiesme, simple bordure ou filiere qui est proprement un diminutif de la bordure.

Le troiziesme, bordure dentelée, engreslée ou autrement.

Le quatriesme, baston brochant à dextre sur le tout.

Le cinquiesme, bande en devise brochante aussi sur le tout.

S’il y en a davantage il prend le Canton, le Croissant, Fleur de Lis, Estoille, Molette, Annelet, ou autre chose sembleble toûjours en Chef, & non en Abysme, comme quelques uns les mettent improprement contre la diffinition formelle des preceptes du Blason, Quoy que ces intersignes de Juveignerie ne soint pas beaucoup en usage dans nostre siecle, neantmoins j’ay jugé à propos de les incerer icy, tant pour la curiosité du Lecteur que pour la commodité de ceux qui les voudroient encore mettre en pratique.

Brochant, c’est passer sur l’Escu ou sur les pieces principales estans en iceluy une autre piece moindre, soit baston ou autre chose.

Buffle, au Blason se represente comme le Bœud, & quelquefois se confond avec le Taureau, mais la distinction est, qu’on represente le Buffle, le muffle gros, la teste courte, avec un gros flocquon ou boûchon de poil entre les cornes.

22. Burellé est un diminutif de la face, on dit [page 10] burellé quand il y à un certain nombre de faces dans l’Escu, depuis huit en montant jusques à douze, au dessous duquel nombre, depuis un jusques à huit on se contente de dire facé.

Buz, c’est la teste & une partie de la poictrine de l’homme.

C

Canettes, sont petites Canes qui se representent au Blason les aisles ferrées, hormis qu’elles ont bec & jambes d’un mesme email, en distinction des Choüettes.

58. Canton, est une partie de l’Escu pour l’ordinaire superieure, & en la partie du chef, sans proportion ny mesure asseurée, & difere du cartier.

58. Le cartier, doit tousjours occuper le quart de l’Escu, d’où vient sa denomination particuliere, le franc canton ou canton d’honneur, se met ordinairement dans l’angle dextre du chef de l’Escu, où en abysme sur le tout, & si au contraire il estoit dans l’angle senestre, ce qui n’est pas bien commun, on diroit simplement au canton senestre.

Cantonné, se dit lors qu’au quatre vides d’une croix, ou sautoir, il y à quelques petites pieces, de mesme, ou different email.

Cartouches, & cantitez sont synonimes.

66. Cercle, est semblable à l’Annelet fors que le cercle est toûjours lié.

92. Cerf, encore que cet Animal soit fort beau & bien noble neantmoins à cause de sa timidité, il semble qu’on n’en ait point fait tant d’estat, dans le Blason, ny estant si souvent employé que beaucoup d’autres Animaux, lors que son bois est d’autre email que son corps, on le blasonne sommé, c’est à dire ramé, lors que la teste [page 11] du Cerf se met seule au Blason, elle doit estre posée de front, montrer les deux yeux, les deux oreilles & les deux bois, & lors on la qualifie & Blosonne, Massacre ou Rencontre, le Cerf est le symbole de vitesse, de legereté & de crainte.

Chaisne, sont filets entrelassez, ainsi qu’aux Armes de Navarre, elles se peuvent aussi disposer, soit en forme de faces, bande, ou autrement.

Champ, est le fond de l’Escu sur lequel on charge les pieces.

Chapeau, entre les ornemens des Escus on y admet les Tyares, les Couronnes, les Mytres, Crosses, Tymbres, ou Casques, mais particulierement le chapeau qui sert d’ornement & de Tymbre aux armes des Cardinaux, Archevesques, & Evesques, toutefois avec ces distinctions, que ces chapeaux doivent avoir les bords fort larges, la restiere platte & basse avec deux cordons entrelassez des deux costez de l’Escu en las d’amour, pendant avec rendées de houppes, entrelassées en forme de Lozanges, tels chapeaux & cordons sont portez de gueulle par les Cardinaux ont quinze houppes, ou nœuds posez en pyramide des deux costez, les Archevesques ont cinq de chasque costé, & les Evesques trois, ces sortes de chapeaux, & cordons, leurs ont esté concedez par le Pape Innocent IV au Concile de Lyon environ l’an 1245.

Chappé se dit lors que l’Escu est divisé en forme de Chevron.

Chapperon ou Chapperonné, se dit en deux façons, sçavoir pour les Chapperons antiques des femmes, & Chapperonné se dit lors qu’un oyseau de proye à le Chapperon d’autre email que le corps.

Chargé, est quand sur une piece il y en à une autre, & se dit surchargé lors que sur divers Escus escartelez [page 12] on met encore quelque autre piece comme Lambel, croissant, ou autre chose.

Chasteau, se figure au Blason, ou simple, ou fermé, sans porte, ou ayant plusieurs tours, & portes non closes, & lors que les filets, & lineamens, qui distinguent la separation des pieces, sont d’autre email que le corps du Chasteau, on blasonne massonné.

Chat, se represente plus ordinairement comme passant mais effarouché ayant le derriere plus haut que la teste, & le dos courbé en haut.

Chaussé, au contraire du Chappé lors que la forme du Chevron est renversée.

1. Chef, est une des pieces honorables, & doit ordinairement occuper la tierce partie de l’Escu, & quand il se trouve de mesme email que l’Escu, & qu’il ny à qu’un petit filet qui les separe on le doit appeller.

2. Chef cousu, ou collé, autrement les armes seroient fauces, & quand au dessus du chef, il y à encore une autre espece de chef, d’autre email que le chef mesme, on dit pour lors.

3. Chef, surmonté quand au contraire au dessous d’iceluy, il y à comme un petit filet, qui soit aussi d’autre email, on blasonne chef soustenu.

4. Chef simples, ou racourcys, il se voit aussi des chefs de toutes façons comme Echicquetez & autres.

5. Chef, denché ou endenché, lors que les dents sont menuës & qu’elles se terminent en pointe.

6. Chef, engresle, l’on appelle engreslé lors qu’elles sont denteles en rond.

Cheval, se represente cabré, forcené, ou rempant, ayant la teste & les deux pieds de devant levez.

Chesne, se blasonne plus ordinairement de Synople, englanté d’or, & represente la vertu, la force, fermeté, & longue vie.

[page 13]

35. Chevron, est aussi une piece honorable, ordinaire assez conneu d’un chacun, & doit estant seul occuper la tierce partie de l’Escu, on le represente quelquefois couché quand la pointe d’iceluy est vers le costé dextre de l’Escu, cela arive rarement.

36. Chevron, brisé ou esclatté, est le plus naturel mais qui n’est jamais usité en cette Province, on le dit tel lors que les deux piedes du Chevron ne se joignent point en la pointe, on le represente aussi quelquefois coupé, lors que la pointe est coupée tout net.

37. Chevron renversé quand il est contre la disposition ordinaire & la pointe en bas.

Choüettes sont semblables aux Merlettes, fors qu’elles ont toûjours bec & pieds de different email que le corps.

Cimier, est une piece, ou animal qui se met au dessus du casque, & se tire ordinairement des pieces principales du dedans de l’Escu, comme ceux qui portent des Lyons en Armes, prennent une teste de Lyon pour Cimier & s’il est couronné dans l’Escu, il le couronnent au Cimier & ainsi des Aigles, Leopards, Levriers & autres choses.

Clariné c’est une Clochette que l’on met au col des Mulets, Vaches, ou autres animaux.

Cleché, c’est à dire ouvert, ou percé à jour comme la croix de Tholose.

Cloche n’a point d’autre particularité, que lors que le Bastail est d’autre email que le corps, que l’on appelle Bastaillé.

Colombe, ou Pigeon se represente en Blason d’argent ou d’azur, & est le Symbole de la simplicité, apres le deluge elle apporta le rameau de paix retournant dans l’Arche, & le Saint Esprit apparut aux Apostres en forme [page 14] de Colombe, que l’on tient pure, nette, & fidele à son masle, quoy que neantmoins d’amoureuse complexion.

Comette se dit quelquefois d’une Estoille à 16 rays, & lors la doit on appeller Estoille Cometée, & lorsqu’on veut representer une vraye Comette, il faut qu’elle ayt un de ses rayons d’embas plus long que les autres en tortillant comme pour luy servir de cheveleure.

55. Compon ou Componé, c’est à dire composé de deux esmaux divers, separés & divisez par filets.

Contourné, se dit de tout animal ou piece, qui est tourné vers le costé senestre de l’Escu, contre l’assiette ordinaire des animaux qui doivent regarder la dextre de l’Escu.

Contre hermines sont toujours d’argent en champ de sable, quelques uns les appellent poudré d’argent ou plumetté.

Coquilles, à les prendre exactement se divisent en deux sortes, sçavoir oreillées, & non oreillées : les oreillées s’appellent Vanets ou Coquilles de saint Jacques quand il n’y a qu’une seule dans l’Escu, & les autres de S. Michel quand il y en à nombre.

Cordeliere, est un Cordon d’argent façonné comme celuy que portent ordinairement les P. Cordeliers à leur ceinture, d’où il tire sa desnomination, mais l’usage en est venu de nostre Duchesse Anne, laquelle apres la mort du Roy Charles VIII son premier mary, fist faire des Cordelieres de tresse d’argent pour porter à sa ceinture, & en donna aux Dames, Vesves de la cour, d’où est venu l’usage frequent chez toutes les vesves de condition, qui en doivent decorer leurs Escus faits en lozanges, & doit ladite Cordeliere estre entretassée en forme de las d’amour de distance en distance, & non pas comme les femmes de condition mariées, lesquelles doivent porter pour ornement de leurs Escus deux palmes, lauriers, myrrhes, [page 15] ou autres branchages aux deux costez de leur Escu.

Cor, ou Cornet de chasse, il y en à de simples, sans virolles, attaches, ny garnitures, les autres liés, ou enguychés, en sautoir, ou autrement.

Corniere est un ance de pot ou marmite.

Cottice, est un diminutuf de la bande, ayant la mesme forme, & situation, mais qui à moins de largeur, d’autant qu’elle ne doit avoir que les deux tiers de la bande.

Couchant, ou Couché, se dit de l’agneau, comme marque ordinaire de la douceur de son naturel.

Couleurs, on en admet quatre naturelles au Blason, comme j’ay desja dit de precedant, & une Mixte ou Amphibie, qui est le pourpre, ou voilet, lequel se prend tantost pour couleur, tantost pour metail : couleur ne se met sur couleur, ny metail sur metail, autrement les Armes seroient fauces, & cela s’entend des principales pieces de l’Escu.

8. Coupe, est une partition ou division de l’Escu, & se dit de la sorte, lors qu’il est divisé en face tout au travers par un filet.

Couronne, on en admet au Blason quantité de sortes tant en France qu’és autres Royaumes circonvoisins.

Couronne Imperialle est faire en forme de Mytre d’Evesque non toutefois si longue, ny si pointuë par le milieu de son ouverture qui est en forme de croissant par le haut, & au milieu une petite pointe qui soustient un Globe d’or surmonté d’une croix de mesme.

La Couronne Royalle de France est toute d’or couverte & close par le haut de huit rayons ou bandes aboutissants à un bouton rehaussé de pierreries, revestuë, & parée de douze Lis tout au tour, & au haut de ladite Couronne [page 16] pour cimier une grande Fleur de Lys quadrangulaire.

Les Couronnes des autres Roys sont composées presque de la mesme façon, & ne different en autre chose sinon qu’au lieu de Lys ils y mettent des fleurons avec les fueilles arrondis un peu par la pointe, & pour cimier pareil Globe qu’à la Couronne des Empereurs.

Celle des Dauphins de France est semble à la Couronne Royale, fors qu’il n’y à que quatre bandes, ou cercles seulement.

Celles des puisnez de France ne sont couvertes, n’ayant aucun cercle, mais seulement rehaussées de huit Fleurs de Lys d’or.

Celle des Prince du sang, est rehaussée de quatre Fleurs de Lys, & quatre fleurons entremeslez.

Celle des Ducs, & Païrs, est relevée de huit grands fleurons d’or simplement.

Celle des Marquis est rehaussée de quatre fleurons, & entre chacun d’iceux trois perles de Comte, le tout supporté de petites Pyramides d’or.

Celle des Comtes est un cercle d’or garny aussi de pierreries, rehaussée de dix-huit Perles de Comte, ainsi appellées d’autant qu’elles se vendent au Comte, & non au poids.

Celle des Vicomtes est un cercle emaillé surmonté de quatre grosses perles de Comte seulement, & est à remarquer, qu’au dessis desdites Perles de Comte l’on y met une autre plus petite Perle.

Celle des Barons, est un cercle environné d’un petit chapelet de Perles de Comte tourné tout au tour en serpentant sans aucun ornement sur le haut dudit cercle.

Les Ecclesiastiques quoy que exempts de porter leurs Armes, ils portent des Armoiries, & au lieu de Couronnes, [page 17] & Tymbres, ils ornent le haut de leurs Escus des marques de leurs dignitez, quoy que neantmoins les Ecclesiastiques qui avoient avant leur profession la dignité de Marquis, Comte, ou autres en peuvent porter les Couronnes entre le haut de leur Escu, & leur chapeau, ou autre ornement, aussi bien que les Ecclesiastiques, dont les benefices ont esté erigez en dignité de Ducs ou autres dignitez.

Nostre Saint Pere le Pape porte ordinairement une Tyare en forme d’Armet environnée de trois Couronnes ornées de fleurons, le tout d’or, estoffe de Pierreries, autrement d’une triple Tyare d’or, soustenuë de deux clefs d’argent passées en sautoir.

Les Cardinaux tymbrent leurs Armes d’un chapeau rouge garny de deux cordons pendans des deux costez, chaque cordon lié en lacs d’amour avec quinze houpes à quinze nœuds posées en Pyramide avec des intervalles en lozange ainsi que je l’ay dit de precedent.

Les Patriarches ont bien un chapeau de mesme façon que les Cardinaux, mais d’un autre couleur & n’ont que dix nœuds à leurs cordons.

Les Archevesques tymbrent leurs Armes d’une croix Patriarchalle d’or, avec la Mytre au naturel posée de frond, le chapeau & les cordons de Synople, & la Mytre de pourpre ornée d’or, & enrichie de Pierreries.

Les Evesques portent pareil tymbre, fors que au lieu de croix, ils mettent une crosse enrichie de Pierreries, & que le nombre de leurs houpes ne deffinit que par trois.

Les Abbez se divisent en deux sortes, les Abbez Mytrez, qui sont fondez à porter la Mytre en porsit, c’est à dire de costé, & les non Mytrez portent la simple crosse.

41. Croix, est une des pieces honorables ordinaires [page 18] beaucoup usitée au fait des Armes & Blasons, dont il ne faut s’estonner puisque c’est la marque certaine & la figure Sacrée de nostre redemption, la plus commune de toutes est celle qu’on appelle pleine, c’est à dire qui touche de ses extremitez le bord de l’Escu, de cette sorte il suffit en Blasonnant l’appeller Croix simplement, sans autrement la qualifier elle se divise en plusieurs sortes, comme vous le voirez par les suivantes.

42. Croix, de vair ou vairée.

43. Croix fretée, lors qu’elle est composée de frettes ou bastons entrelassez.

44. Croix Pattée.

45. Croix Pattée à laize.

46. Croix fichée, lors que le bout d’embas de la Croix est pointu & propre pour ficher en terre, il s’en trouve aussi de doublement fichées, c’est à dire à deux pointes.

47. Croix denchée ou dentelée.

48. Croix greslée ou engreslée.

49. Croix ancrée, lors que les branches sont faites en forme d’ancre de Navire, & se disent neslée ou anislée, lors que les extremitez sont faites en forme d’anille de Moulin.

50. Croix Pommetée ou bourdonnée, lors que les branches sont terminées par le bout en forme ronde.

51. Croix recroisettée, dont les extremitez de la Croix se terminent en croix entieres.

52. Croix de Matlhe, parce que les Chevaliers de S. Jean, dit de Malthe en portent de semblables, elle à les extremitez fort larges & se termine en huit pointes, à raison des huit Beatitudes.

Croix Florencée, ou Fleurdelisé, lorsqu'aux extremitez de la croix il y à des Fleurs de Lys, & quand il y à des Florons on dit floronné.

Croix à degrez, lors que le bout d'abas est soustenu de [page 19] trois ou quatre degrez, & est dite enferré, lors que les quatre branches égalles ont des degrez à chaque bout.

Croix Pattriarchalle est faite comme les croix simples, à la reserve qu'à chaque bras il y à encore une autre croix, & les extremitez sont arondies en forme de trefle.

Croix clechée, c'est à dire percée ou remplie d'un autre email que le corps de ladite croix.

Croix de Loraine est faite comme la potencée, fors qu'elle est doublée.

Croix Bordée est une croix alaizée, comme la resarcelée, fors que la resarcelée est divisée en sa largeur par une espece de bordure qui regne tout autour de ladite croix par dehors.

Il y a plusieurs autres sortes de Croix qui ne meritent icy d'explication, leurs figures estans representées à l'endroit des Ecussons, il se voit encore des Croix de Calvaire de Componnée, Lozangée, Gringolée, Echicquettée, Ondée, Estoillée, Escottée & autres.

95. Croissant se dit montant, lors qu'il est en sa disposition plus ordinaire, & qu'il à les deux cornes vers le chef, mais neantmoins il n'est besoin de le dire tel, estant en sa posture ordinaire & naturelle, ains seulement, Croissant quand il à les cornes vers la pointe de l'Escu, il se dit renversé, & lors qu'il les à du costé dextre, tourné, s'il les à vers le senestre, contourné.

96. Croissans adossez se disent lors qu'il y en à deux en mesme Escu, dont l'un à les cornes tournées à dextre & l'autre à senestre.

Cry d'armes n'est autre chose, que les clameurs qui se faisoient autrefois par les Guerriers pour se distinguer les uns des autres, d'où vient maintenant que le cry se met en forme de devise, & s'écrit ordinairement au dessus du Cimier.

[page 20]

Cyprez se met quelquefois au Blason, & est le symbole du duëil, & de la mort, & est comparé à la beauté sans bonté.

D

Dauphin se Blasonne pasmé, c'est à dire la gueulle beyante, parce qu'il meurt en sortant de l'eau, sa posture ordinaire doit estre en forme de croissant tourné, quand il à la gueulle close on le dit vif : c'est le hyerogliphe de salut, pour avoir tiré plusieurs personnes remarquables des perils & dangers de la Mer.

Defences, sont les dents du Sanglier qui sortent.

Demy vol, se dit d'une aisle seule d'oyseau, s'il est dextre ou senestre on le doit dire, & comment le bout fiché, en bas, ou en haut.

Denché ou endenche, se dit de toutes sortes de pieces dont les extremitez sont pointuës en forme de dents, si elles sont extraordinairement menuës, on dit dentelé.

Dextrocher, n’est autre chose qu’une main dextre, representée dans l’Escu tenant quelque chose & quelquefois avec un Manipulle pendant.

Devise, est une division et partition de la fasce ou bande qui n’occupe que la troisième partie de sa largeur ordinaire, & lors s’appelle fasce, ou bande ou devise, elle se prend aussi pour le Cry d’armes, dictum, ou sentence que l’on met ordinairement au dessus du Cimier de l’Escu, comme Symbole expressif de la pensée ou passion dominante de celuy qui les porte.

Donjeonné se dit des ours & Chasteaux, sur le sommet desquels il paroist d’autres petites Tours d’un autre email.

Dragon se presente au Blason, tantost à deux ou quatre pieds, la queuë pointuë & tortillée, & lors qu’il à des aisles [page 21] & point de pieds, on dit Dragon marin.

Dragonné, se dit de quelque animal qu’on represente en l’Escu dont l’extremité & partie inferieure est en forme de Dragon.

E

Ecotté se dit d’un tronc d’arbre où il reste des bouts de branche que l’on a coupées.

7. Emmanché se dit de l’Escu estant divisé en fasce, en pal, ou autre manière, & que les parties qui se joignent sont entées l’une dans l’autre par grande & longues pointes comme dents.

Encoché se dit du traict qui est sur l’arc, lorsqu’il est de different email, & non autrement.

Engreslé, lorsque les extremitez d’une figure est détaillée en forme de dents, & le vide d’entre chaque dent en forme ronde.

Englanté se dit du chesne, ayant ses glands d’autre email que les feilles.

Enguisché ou lié, se dit proprement du Cor de chasse, lors que les liens d’iceluy sont d’autre email que le Cor,

Equipé se dit d’un Vaisseau qui a tout son attirail.

71. Equipolé, se dit lors que l’Escu est divisé en petits carreaux, à la maniere de l’echicquetté, avec cette diference, que le nombre en est impair, suivant la figure cy-devant, conforme aux Armes de Geneve.

Escaillé & ombré se dit du poisson dont les filets qui distinguent les écailles sont d’un autre email que le corps du poisson.

72. Escuiquier ou eschiquetté, lors que l’Escu est divisé par petits carreaux de deux emaux, & lors que tout l’Escu, où une piece en iceluy, est eschiquettée, il faut specifier de combien de traicts, ou rangs de carreaux ; L’eschiquier [page 22] ordinaire est de six traicts, & quelquefois en voit on aussi jusques à huit, dix & douze : Mais rarement, il est estimé une des plus nobles pieces qui entrent dans les Armes, representant un champ de bataille.

Escu, ou Escusson d’armoiries tire sa denomination du mot Latin, Scutum ou Sarto en Grec, qui signifie cuir, parce qu’autrefois on se servoit de cette arme defensive sur laquelle chaque Cavalier mettoit Soit en peinture, Soit Cyzelé, chacun sa marque pour le reconnoistre ou distinguer d’avec les autres ; Ce que les uns & les autres mettoient à leur discretion & fantaisie, de là est venu la diversité des Armoiries, quelquefois on les dépeint couchez, ou en forme d’Oualle, parce que le Bouclier estoit en cette forme, d’autres en Banniere quarrée, parce qu’on à aussi tost porté les bannieres & Drapeaux que les Boucliers : d’autres en forme de Cœur, pour marque de l’afection invincible qu’ils avoient aux Armes, & encore quelques uns en Cartouche : La Figure plus moderne des Escussons que l’on porte ordinairement est la quarrée, avec une petite pointe au milieu ; par le bas en arondissant, & dans cette Sciance Heraldique les moins chargez sont censez les plus honorables, quand à la division de l’Escu, un chacun les divise & écartele selon son inclination, & la multiplicité de ses Alliances.

Escurieul, se represente quelquefois debout, ou passant, quelquefois rampant, mais tousjours la queuë sur les épaulles, Unde ficurus ab umbra & cauda.

Email ou Emaux, est un terme general dont on se sert confusement pour expliquer les Metaux, les ouleurs & Foureures, on se sert de ce mot au Blason afin d’éviter une repetition de mots de Metail, Couleur & Foureure, comme j’ay cy-devant dit.

Espanouy, se dit ordinairement des Fleurs dont la feille [page 23] est ouverte, & principalement du Lys, & de la Roze.

Esployé, se dit pour l’ordinaire des Oyseaux ayants les aisles ouvertes, & l’Aigle les ayant tousjours de mesme, il n’est besoin de le dire en toute rencontre.

Essoré, se dit de la couverture d’une maison, estant d’autre email que le corps du logix.

Essorant, se dit de tout Oyseau de proye volant, qui prend l’essort avec ses grillets ou sonnettes.

Essonnier ou Trescheur, n’est autre chose qu’un filet qui n’a que la moytié de la largeur de l’orle & se pose en forme de bordure, il s’en void de simple, de double & florensé.

77. Estoille ne difere en rien au Blason, de la Molette d’Espron, hormis que l’Estoille est tousjours pleine, & la Molette percée, quand au nombre de rayons qu’on donne à l’Estoille, on en void depuis 5 jusques à 16, & pour lors le faut specifier, & quelquefois on l’appelle aussi commettée, comme j’ay dit cy-devant.

F

Fasse ou fassé, c’est une des pieces ordinairement appellée honorable, & estant seule dans l’Escu, elle doit occuper la troisiesme partie d’iceluy.

17. Fasse à l’aise lorsqu’elle ne touche les bords de l’Escu.

18. Fasse en devise, qui selon l’opinion commune des Armoristes, passe pour briseure, on dit aussi quelquefois, contrefascé, quand l’Escu est party en deux, & les fasses opposées les unes aux autres.

20. Fassé, d’ordinaire est de six pieces, c’est-à-dire lors que le haut de l’Escu commence par le metail, et que le bas se termine par la couleur, il faut dire fassé de ... et de ... ; Mais lorsque le metail, ou la couleur dominent, c’est à-dire [page 24] qui tiennent les deux extremitez de l’Escu, & que les fasces demeurent libres ou franches, il faut denommer en premier lieu celuy qui domine dans l’Escu, comme faisant le Champ, & les autres n’estans que la charge, & dire par exemple de ... à trois fasces de ... il en est de mesme pour les Chevrons, Bande & Pals.

Fanon, est un Manipulle que les Prestres ont au bras, celebrant la Sainte Messe.

Fauces armes, se peuvent prendre en deux sortes, sçavoir, quand elles sont de Metail sur Metail, couleur sur couleur, foureure sur foureure, où qu’elles dérogent en autre chose aux regles de cette Science Horaldique fors pour le regard des Princes & grands Seigneurs, comme j’ay dit.

Fermeaux, sont Boucles avec hardillons qui servent à attacher les Bandolieres & Baudriers.

Fermaillé, se dit lors que l’Escu, ou une piece, est semé de Fermeaux ou Boucles.

Feille, ou Feillé, se dit des Arbres lors que les feilles sont d’autre email, & se void des tierces feilles, quartes feilles doubles, quintes feilles, & agennes ou agennins.

Fiché, se peut dire de toutes sortes de pieces qui ont la partie inferieure pointuë, en sorte qu’elles se puissent planter ou ficher en terre, & lorsqu’il y à deux pointes en bas, on dit doublement fichées.

Fierté, se dit proprement de la Baleine ayant les dents, aisleront & la queuë d’autre email que le corps.

Filet, se prend confusément de la Bande, Barre, Orle, Bordeure, Fasce, & quelquefois se met brochant sur les pieces de l’Escu.

Filiere, est un diminutif de la Bordeure, estant un filet de metail ou de couleur qui environne l’Escu, moins large que la bordeure.

Flanchis, ce sont petits Sautoirs alaisez.

[page 25]

Fleurs, s’admettent dans l’Escu aussi bien que d’autres pieces, comme Estoilles, Molettes, Macles & autre pieces jusques au nombre de seize, & s’il surpasse ce nombre, on doit dire semé.

Fleuré, Fleuronné, ou Florencé, se dit de toutes pieces dont les extremitez sont faites en forme de fleurs, soit de Lys, ou d’autres.

Fort, c’est une espece de Tour basse, & large.

Fourché, ou fourchu se divise en deux, sçavoir du Lion ayant la queuë double, & se dit passé en sautoir, d’autre quand il se trouve quelque piece dont la partie superieure est fourchuë.

Franc-quartier, ou Canton d’honneur, c’est ordinairement le premier quartier de l’Escu du costé dextre, chargé de quelque chose, & quelquefois l’Escu posé sur le tout, quand il est chargé des Armes principales d’une maison ou famille.

Fresne, est une sorte d’arbre que l’on employe quelquefois au Blason, il est ennemy des Serpens & autres animaux veneneux, car ils ne peuvent demeurer long-temps sous son ombre qu’ils ne meurent, & est le simbole d’une amityé sincere & parfaite.

73. Fretté, sont proprement filets ou cottices entrelassez les uns dans les autres en Bande & en Barre, à quelque distance les uns des autres, en forme de Losange, & est fait comme un Treillix, & lors qu’en leurs jointures elles sont cloüées, il le faut dire.

60. Fusée, quoy que ce sont vrays fuseaux à filler, neantmoins au Blason le plus souvent on les represente en forme de Losange oblongue, & sont un peu pointuës par le haut & le bas & grosses par le milieu.

Fusté, se dit lors que l’arbre, & son tronc sont d’autre email que les branches & feilles.

[page 26]

G

Gemelle, ou Jumelle, est une espece de filet double, ayant à peu près le quart de la largeur de la fasce, & pour l’ordinaire sa posture est d’estre en fasce, & quelquefois en bande & en barre.

Gentil-homme de nom & d’arme, est celuy qui porte le nom & armes d’une terre, qu’il possede, ayant des armes particulieres non affectées ny trop surchagées, & dont l’origine de ses ancestres est si ancienne qu’elle ne se puisse trouver qu’a peine.

Givre, Guivre, Vivre, ou Bisse, est une grosse Couleuvre, ayant la queuë ondée & tortillée, le plus souvent en pal, quelquefois couronnée ayant un enfanf nud en la gueulle, qu’on appelle issant, ainsi que les armes de Milan.

Gomene, ou Gumene, est la Corde attachée à une ancre de Navire.

76. Gonfanon, ou Gonfalon, est une espece de Banniere fenduë par embas, telles qu’on void porter aux Eglises, & l’usage en est venu d’Italie, si la frange qui l’orne au bout est d’autre email, il faut le dire.

Greslé, se dit proprement des Couronnes de Comtes & autres, sur lesquelles on met des Perles.

87. Griffon, est un demy Aigle & demy Lion, ayant la teste & la partie superieure du corps en forme d’Aigle, les aisle esployées, ne monstrant qu’un oeil, & la partie basse ayant la figure d’un Lion, avec la queuë ; c’est un animal immaginaire, qui ne s’est jamais veu qu’en peinture, il denote neantmoins la vitesse & vigilance.

Grille, ou Grillé, se prend le plus souvent au Blason, comme une forme de Fretté-Cloüé, estant composé de pieces plus menuës que le Fretté : se prend aussi quelquefois pour les grilles & visieres d’un Casque ou Heaume.

[page 27]

Grillet, ou Grillot, sont petites sonnettes, ou cloches rondes, telles que l’on et à la teste des Mulets, Chevaux, & aux mains des Esperviers.

Gringolé, ou Guivre, se dit proprement des Croix, Bandes, Sautoirs, ou quelques autres pieces dont les extremitez se terminent en testes de Dragons, Lions, Serpens, ou autre animaux, qui semblent les vouloir engloutir.

Guay, se dit d’un Cheval nud, sans bride n’y selle, & sans carapaçon.

Gueulle, anciennement appellé Belique ou Belif, est proprement le Rouge, l’une des quatre couleurs admise au Blason ; il signifie constance & patience : & pour ce sujet l’Eglise s’empare de cette couleur quand elle solemnise les Festes de quelques Saints Martyrs.

Gulpe, est un tourteau de Pourpre.

40. Gyron, ou Guiron, est une figure triangulaire, ayant une pointe longue & se met rarement seul en l’Escu, & y en à le plus souvent huit ou dix, qui tous aboutissent & se joignent par leurs pointes au centre de l’Escu, si le nombre est impair, on le dit à tant de Gyrons, s’il est pair, on dit Gyronné de ... & de ...

H

Habillé, & vestu en langage vulgaire, sont Synonimes, mais en cette Science Heraldique ils n’ont aucune convenance, ains Habillé se dit des voiles d’un Navire, lors qu’elles sont d’autre email que le corps dudit Navire.

Hache-d’armes, appellée par les anciens, Consulaires ne sont proprement que certaines halebardes dont on se sert à la Guerre.

Hamades, ou Haymades, c’est une fasce de trois pieces [page 28] alaisées, qui ne touchent les bords de l’Escu.

Heaume, Casque, ou Arme, sont aussi synonimes, à la distinction toutefois que les Roys & Empereurs le portent au dessus de l’Escu de leurs Armet tout ouvert, les Ducs & Païrs, Comtes & Marquis le portent de front fermé, les Barons, Chevaliers, Vicomtes & Gentils-hommes de marque le portent de trois quarts, c’est à dire monstrant une jouë, le nez & la moityé de l’autre jouë : les autres Gentils-hommes de condition moins relevée le doivent porter de profil ou de cesté, ne monstrant qu’une jouë & la moityé du nez, laquelle partie doit regarder la partie dextre de l’Escu. Les autres personnes vertueuses & de merite anoblies du Prince, soit pour leur propre Doctrine, ou quelque haut fait d’Armes, le peuvent aussi porter de profil, avec cette difference neantmoins, qu’ils ne doivent pas avoir de Grillets, pour le nombre desquels les Armoristes different en sentiment. Qand aux Armoiries des Blebeyens & Ignobles ne doivent aucunement estre tymbrez, quoy que e desordre de ce Siecle plus que nul autre, nous fasse assez voir le contraire, non seulement quant au Tymbre, mais aussi quand à la forme & à la matiere de l’Escu. Anciennement les Gentils-hommes de quelque condition qu’ils fussent, il ne leur estoit pas parmis de tarer leur Casque, ny tymbre de front, ains seulement de costé : Mais aujourd’huy on passe licentieusement au dessus de toutes ces regles.

Heraut d’armes, estoit proprement celuy qui avoit Commission du Roy d’attribuer & donner des Armes aux Nobles, non d’extraction, mais aux annoblis par leur merite, , quelquefois ils se prennent aussi pour ceux qui vont denoncer la guerre ou la paix aux ennemis.

Hermine à proprement parler, c’est la peau d’un Rat du Pont en Asie, dont le poil est extraordinairement blanc, [page 29] mais parce que les Peletiers, pour faire davantage paroistre la bancheur de cette peau y cousent, & attachent adroitement certaines petites mouchetures noires, de la vient que jamais l’Hermine n’est reputée sans tache, & s’admet au Blason pour la premiere fourure dont le fond est toujours d’argent, & les mouchetures de sable faites en forme de Croix par le haut ; il se void des Escus tous entiers chargés d’Hermines, & quelquefois des pieces, & animaux, l’Hermine est le simbole de la pureté.

Honneur, qurtier d’honneur est pour l’ordinaire le premier quartier de l’Ecu, estant escartelé, quelquefois on le met sur le tout.

Honorable ordinaire, sont certaines pieces lesquelles de tout temps ont esté admises au Blason, & prises pour honorables selon Hyerome de Bara : & autres Armoristes, de cette nature sont les pieces principalles cy-apres, la Croix, la fasce, le Sautoir, le Chef, la Bande, le Pal, le Chevron, &c. & entre les Animaux terrestres le Lyon, le Leopard, l’Aigle & la Merlette, & entre les Aquatiques, le Dauphin, & le Barbeau.

Huchet, est un diminutif du Cor de chasse, il y en à de simples, sans virolles, attaches, ny garnitures, d’autre qui sont liés & enguichés &c.

Incarnation, ou Carnation tient lieu de la sixième couleur comme j’ay cy devant expliqué à l’endroit des metaux & couleurs.

I

Issant se dit en deux sortes, la premiere est de l’Enfant sortant de la gueulle d’un Serpent, la deux se dit du Lyon ou de quelque autre Animal dont la partie de la teste, & la partie inferieure de la queuë se monstrent.

Jumelle voyez Gemelle.

[page 30]

L

Lambeau, ou Lambel, est une piece platte ayant trois pieces en forme de pendans, qui est pour l’ordinaire au chef de l’Ecu, & lors qu’il y à plus ou moins de trois pendans, il faut le specifier, & sert pour l’ordinaire de briseure, ou distinction d’aïnesse, s’il est aussi en autre situation, qu’en chef, il le faut dire, on n’en voit jamais, qui ayant les pendans en haut, mais bien quelque piece sur chaque pendant pour servir de contrebriseure.

Lambrequins, sont ces fueilles qui sont en forme de pennaches sur & autour du Casque & doivent descendre des deux costez de l’Ecu jusques au milieu, quelquefois au lieu de Lambrequins, & fueillages on met des Pennaches, & le tout doit estre diversifié d’Emaux suivant la diversité des pieces & champ de l’Ecu.

Lampassé, ou Langué, se dit des animaux terrestres, qui tirent la langue d’un autre émail que le corps rarement dit-on Langué, & quand on le dit, c’est de l’Aigle seul monstrant la langue d’autre émail, ce qui est rare d’autant qu’on ne fait guere monstrer la langue aux Oyseaux ny aux Poissons, mais bien quelquefois aux Reptils qu’on appelle quelquefois Langué.

Laurier, s’employe aussi quelquefois au Blason, & est le Symbole de triomphe & de victoire.

88. Leopard, cet animal suivant les Naturalistes est engendré du Lion & de la Panthere, les Armoristes ne font difference du Lion & du Leopard, que de la posture seule, le Leopard estant tousjours tourné de front en telle sorte qu’il monstre les deux yeux & les deux oreilles, & est ordinairement representé passant ou marchant, [page 31] le Lion au contraire est tousjours posé en porfil, ne monstrant qu’un oeil & une oreille, comme il sera dit cy-apres & si quelquefois le Leopard estoit representé rampant on dit.

98. Leopard Lionné, & sert aussi bien que le Lion tant à l’ornement dudedans de l’Escu que supports & Cimier, il nous represente en Blason les vaillans & genereux Guerriers.

Licorne, est un animal tres beau rare, qui se represente en armes comme le Levrier, fors qu’on ne luy fait jamais tirer la langue, il est ennemy du venin & des choses impures, & sert de symbole à ceux qui fuyent le vice, il denotte aussi une pureté de vie, & les genereux Guerriers qui ayment mieux mourir que de tomber és mains de leurs ennemis.

Lié, ou Enguiché, denote en Blason le Cordon avec lequel est lié un Cor ou Cornet de Chasse qui sert pour le pendre au col du Chasseur.

Listre, Lisiere, ou Ceinture Funebre, sont ces Bandes noires que l’on met tant au dehors qu’au dedans des Eglises, sur lesquelles, de distance en distance on à de coustume d’appliquer les Armes d’un defunt en grand volume, avec les supports, Casque & Cimier, Bourlets & Lambrequins, avec les distinctions des dignitéz du personnage : comme si c’est un Evesque, une Mytre & Crosse, si un Maréchal de France, un Baston de Maréchal, un President un Mortier, & ainsi des autres, & se doivent mettre sur les grandes portes de l’Eglise & autres lieux plus remarquables, & entre chacun de ses grands Ecussons dans leur intervale, on y met d’autre petits Ecussons, & s’appellent, proprement, Listres, ou Lisieres, par ce qu’on doit mettre dans ces Escus, les Armes des ancestres, & Alliances, qui est proprement une marque de Seigneurie, & de Droict Honorifique, [page 32] & quelquefois quand il se rencontre deux Seigneurs pretendanns mesme droit, le plus Illustre doit mettre sa listre dessus & l’autre dessous, qu’elqu’autrefois l’un met au dedans & l’autre au dehors de l’Eglise, ainsi qu’il a esté jugé par quelques Arrest des Cours Souveraines. Et est à remarquer qu’en cet Evesché de Leon seul, tous Gentilshommes d’extraction & Chefs de maison, apres leur mort, sont en possession immemoriale de faire poser Lisiere & Ceinture funebre au dedans des Eglises principales sous celles du Seigneur dominant, pendant l’an de leur dueil seulement, & ne sçais autre raison ny fondement à ce droit qu’un Usement local tradition ancienne de le mettre en pratique par les vesves ou heritiers desdits decedez.

Lorré, se dit d’un Dauphin qui à les Nageoires d’un autre email.

61. Losange, est une figure quadrangulaire, un peu plus longue en sa hauteur, que non pas en sa largeur, elle differe de la Fusée, qui est plus serrée par le milieu & les pointes un peu en arondissant, n’ayant les bouts si aigus que la Losange. Quand l’Escu est remply de Losanges aussi bien que les pieces d’iceluy, on dit.

62. Losangé de ... & de ... & est à remarquer que lesdites Losanges sont ordinairement posées en pal & quelquefois en Bande ainsi que le Fuselé, mais rarement.

Loup, est souvent employé tout ou partie dans le Blason : il est comparé à un vaillant Capitaine, qui ayant long-temps reserré en quelque Fort ou Citadelle, se jette enfin dans le Camp des ennemis. Et on se sert aussi en Armes du Loup Cervier, qui pour l’ordinaire est de Gueulle, Mouchetté & Tavelé de Sable.

90. Lion, doit tousjours estre representé en sa posture ordinaire, sçavoir rampant, ce qui n’est toutefois besoin d’expliquer en Blasonnant, il ne doit monstrer qu’un œil [page 33] & une oreille, sa Jube frisée & le bout de sa queuë doit tousjours recourber vers son dos ; cela denottant une plus grande force au dessus du Leopard, qui n’a le bout de la queuë recourbée qu’en dehors ; quand il est passant dans un Escu, on le dit.

91. Lion Leopardé, et pour l’ordinaire on n’en met que trois, & y en ayant davantage, on les dit Lionceaux ou Lionnets, on en void de mornez, c’est à dire qui n’ont ny langue, ny griffes ; De dragonnez, qui ont la partie de derriere en forme de Dragon, couppez qui sont de deux emaux, on en met de naissans & issans, ainsi que vous les trouverez expliquez sur les lettrines N & I. Il s’en voit de brochans, d’affrontez, d’adossez, chargez d’Hermines ou autre chose, de masquez, contournez, assis, couchans, palez, fascez, eschiquetez, &c. Et finalement d’evirez, c’est à dire sans vilenie, qui n’a ny verge ny genitoires, quelquefois on en voit de diffamez, c’est à dire qui n’ont ny oreilles ny queuë, quelques autres d’estetez, qui ont la teste arrachée, ausquelles distinctions on ne s’arreste toutefois guere en cette Province, mais bien ailleurs. Les anciens ont tousjours estimé le Lion estre le Roy de tous les animaux quadrupedes, & est le hyeroglifique des heros & Illustres personnages, le symbole de la vaillance, de commandement, de domination, magnanimité & terreur, & denote aussi un Prince clément lequel pardonne à ceux qui s’humilient, qui destruit & renverse ceux qui luy font resistance.

Lys, ne se represente pas tousjours comme les armes de France, ains par fois sans pointe, ny bout de dessous, & lors on les dit sans queuë, autrement au pied cuppé, ou pied noury : quelques autres fois on les qualifie Lys simplement, c’est à dire, Lys de Jardin, & lors il faut le dire.

[page 34]

M

Macle est une figure quadrangulaire, comme la Losange, à la reserve que la Losange est pleine, & la Macle est percée au centre, en forme de Losange, de telle sorte que par le trou on void le Champ de l’Escu, & differe du Rustre, en ce que le Rustre est percé en rond.

Massoné, se dit des traits & filets qui divisent & font paroistre que les pierre de taille d’une Tour sont d’autre email que le corps du Bastiment.

Manteau, ou Cotte d’Armes, doit pour l’ordinaire estre orné des armes de celuy qui le porte, & doublé d’hermines, avec cette difference, qu’on le represente à revers, estant seulement replié des deux costez, pour faire paroistre partie des armes, & pour l’ordinaire sert pour ornement aux Ducs & Païrs, d’où vient qu’on l’appelle manteau Ducal.

Mains, on doit pour l’ordinaire en faire paroistre le dedans, & lors qu’elle est dextre, ou senestre il le faut dire, où en qu’elle posture elle est, le plus souvent elles se mettent en Pal.

93. Massacre, ou Rencontre, se dit d’une teste de Cerf garnye de son bois, se presentant de front.

Membré, se dot proprement de l’Aigle & autres Oyseaux notables, qui ont les pattes & les jambes d’autre email que le corps, & quelquefois on les dit aussi parez.

86. Merlettes, sont diminutifs de Merle qu’on represente tousjours les aisles serrées, n’ayant ny jambes, ny bec, & representent en Blason l’ennemy vaincu.

Metail au Blason, on n’en admet que deux, comme j’ay cy-devant dit, sçavoir, Or & Argent.

Mesail, est proprement le devant ou milieu du Casque, [page 35] qui est cette partie mobile qui sert à découvrir, & cacher la visiere.

Miraillé, se dit seulement du Papillon, & quelquefois du Coq d’Inde, parce que sur les aisles de ces animaux, & sur la queuë desdits Coqs, la nature a figuré comme certains patits miroirs en forme de croissant.

Mirtre, se voit rarement dans l’Escu, mais souvent aux deux costés d’iceluy par dessous, & sert pour orner les escus des femmes : il represente en Blason la parfaite amitié.

Molette d’espron, est toujours percée, & pour l’ordinaire à six pointes.

78. Montant se dit ordinairement du Croissant ayant les deux cornes vers le chef de l’Escu, mais par ce que c’est sa posture plus naturelle, on ne le doit specifier en Blasonnant.

Morailles se representent ordinairement en fasce, & sont especes de tenailles longues ; & dentelées d’un costé, dont on serre le nez des chevaux pour en jouyr avec plus de facilité au travail du Mareschal.

Mouche se met toujours les aisles ouvertes, & en Pal, lors que ce sont des Abelles le faut specifier.

Moucheté, plumé, ou plumetté, c’est lors que l’Escu est semé de petites trefles, la queuë en haut & toute droite.

Mouvant, ne signifie rien autre chose que naissant, ou sortant, comme lors qu’il se rencontre un bras sortant d’une Nuë, ou des Pots, comme suspendus au chef de l’Escu, pour lors on les dits movants, c’est à dire tirans de certain costé de l’Ecu vers un autre, & il le faut specifier dextre, ou senestre, le plus souvent c’est dextre.

[page 36]

N

Naissant, est le contraire d’Issant, & c’est lors qu’il paroist sur une division, ou piece, une partie anterieure de quelque animal, & se pose ordinairement au milieu de l’Escu.

Navire, n’a pas beaucoup de Particularitez, quoy qu’il ayt beaucoup de partyes, sinon lors que les voilles sont d’autre émail, que le corps on dut habillé.

Nelle, nyelle, ou anille, se dit d’une Croix qui est comme ancrée horsmis qu’elle est beaucoup plus petite, & estroite que l’ordinaire.

Noué se prend en sa vraye signification de la queuë du Lion estant fourcheuë, laquelle pour lors on blasonne Noüée & quelquefois passée en sautoir, Noüé se dit aussi quelquefois des fasces.

Noyer est un arbre que l’on employe aussi quelquefois au Blason, il represente l’innocence persecutée, & qui souffre tout avec patience, sans se plaindre ny murmurer.

O

Oeillet, se met tantost avec la fleur simple, & quelquefois avec sa tige, & prenc au Blason les mémes qualitez que la rose.

Ogoneses, sont tourteaux de Sable.

Ombre, n’est guere moins que le corps & quelquefois on represente l’ombre d’un Lion à travers de quelques fasces ou autre piece de l’Ecu.

24. Ondé se prend plus ordinairement pour les vagues de la Mer qui flottent, mais se dit auss des fasces, bandes & autres pieces, & differe de l’anté, comme nous l’avons dit cy-devant.

[page 37]

Onglé, c’est à dire armé d’ongles, ou de cornes par les pieds, lors qu’un Oyseau ou Griffon a les ongles d’autre émail, il se peut aussi dire des animaux à quatre pieds ayant la corne du pied d’un autre émail que le corps.

Opposé à deux pointes, se dit lors que dans l’Ecu il y a une forme de Losange, laquelle touche de ses angles les extremitez de l’Ecu, & qu’elle est coupée de deux émaux, & que l’Ecu & la Losange sont l’un en l’autre.

L’Or est le premier des Metaux qu’on admet au Blason il signifie la foy, la justice, temperance, la charité, la clemence, la douceur & l’humilité, qui sont vertus chretiennes ; & encore pour qualitez mondaines la noblesse, richesse, generosité, splendeur, amour, pureté, confiance, joye, &c.

Oriflamme est une forme de banniere, ou de Gonfanon ayant deux pointes découpées en onde, & attachées à une picque, elle est de taffetas, ou autre broderie de soye rouge parsemée de flammes d’or.

56. Orle est faite comme une bordure, à la reserve qu’elle est premierement plus étroite, & qu’elle ne touche pas les bords de l’Ecu, toutes les pieces ou animaux qui sont rangez en l’Ecu de cette maniere se disent posez en orle.

81. Ottele n’est autre chose que des amandes pelées, & se void le plus souvent comme aux armes de Comminge ayant 4 Otteles ou Amandes, dont les pointes sont rangées és 4 angles de l’Ecu & posées comme en sautoir.

L’Ours se represente tantost passant, tantost rampant, & quelquefois debout, quelque autrefois bouclé, c’est à dire une boucle passée par les narines ; de tous les animaux quadrupedes il n’y en a point qui ait plus de soin & de tendresse pour ses petits que luy.

[page 38]

P

Pal est une des pieces ordinaires qualifiées honorables & doit contenir le tiers de l’Ecu quand il est seul.

32. Lors que le nombre est impair, on dit Palé de ... & de ...

34. Contrepalé se dit quand l’Ecu est coupé en deux, & que les pals sont opposez l’un à l’autre.

Palmé, dont les branches sont souvent employées à l’ornement des Ecus, & quelquefois au dedans, plus la palme est chargée, elle resiste davantage & rompt plustost que de flechir, n’y ayant rien en elle depuis la moüelle interieure jusques à son écorce, fueilles & moindres rinceaux qui ne servent aux necessitez de la nature humaine ; Elle signifie la victoire & la justice.

Pannes ou Pennes, n’est autre chose que les foureures, dont on se sert au Blason, sçavoir l’hermine & le vair.

Papillon, se represente comme la moûche, les aisles ouvertes & en pal, à la reserve qu’on le dit miroüetté, c’est le Hyeroglyphe des amants qui se bruslent souvent au feu qu’ils adorent.

Papelonné, ou Diapré de papillons, est lors que le fond de l’Ecu, ou piece d’iceluy sont designez par gros traits en forme d’écaille de poisson, dont les uns sont de metal, les autres de couleur.

9. Party, est separer l’Ecu en deux parties égales par une ligne perpendiculaire tirée du milieu du Chef à la pointe.

Pasme, c’est à dire mort ou mourant, & se dit particulierement du Dauphin, parce qu’il n’est pas si tost hors de l’eau qu’il n’est évanoüy & expirant.

[page 39]

Passant, c’est à dire allant, ou marchant, & se dit des animaux à quatre pieds, qui a un pied de devant à bas, un derriere levé, passé en sautoir, c’est à dire en forme de Croix de Saint André.

Patte, se dit du Lion, Griffon, Ours & autres animaux quadrupedes.

Patté, se dit ordinairement de la Croix, dont les branches s’élargissent à mesure qu’elles sortent du centre de l’Ecu.

Pavillon, s’entend en cette science heraldique d’une tente avec un days, & sert en France pour mettre les armes du Roy, lequel Pavillon est parsemé de Fleur de Lys d’Or.

Pendants, se disent de certaines parties du Lambel qui descendent au dessous, & lors qu’il y a trois pendants n’est besoin de les specifier, mais bien quand il y en a plus ou moins.

Pery, c’est à dire posé en abîme, & la piece qu’on qualifie de ce mot pery, est tousjours perie, diminuée & racourcie, & se dit ordinairement du Baston qui sert de Briseure.

Pied-couppé, ou pied noury, sont Synonimes, & se dit pour l’ordinaire de la Fleur de Lys, ou autre piece quand elle est alaisée par embas, & qu’il ne paroist rien que les trois fleurons d’enhaut.

Le Pin s’admet au Blason, & est le Symbole de la mort, car estant une fois couppé, il ne rejette plus.

Poinct, à proprement parler, est une piece quarrée, comme une partie d’Eschiquier.

Pointe, est la partie basse de l’Ecu qui monte de bas en haut, & s’arreste droit au cœur de l’Ecu, & dit-on ordinairement anté en pointe.

Poisson, se represente la gueulle fermée fors le Dauphin [page 40] leur posture plus ordinaire est d’estre en fasce ou en pal, le Dauphin en croissant, & n’ont rien de particulier, que lors qu’ils ont les yeux d’autre émail que le corps, & lors on les dit allumez, le Dauphin pâmé, ou la gueulle beante, la Baleine fiertée.

Pommier, se met quelquefois au Blason avec fruit & sans fruit, & est le Symbole de foecondité.

Porcs, n’ont point de defenses comme les Sangliers.

Potencé, se dit ordinairement de la Croix, quoy qu’une chose ignominieuse, neantmoins fort usitée au Blason, estant une marque de haute Justice, elle se represente en forme platte, comme les Potences ordinaires à la reserve qu’il n’y a d’arboutans pour supporter les branches, & toutes pieces qui ont figure de Potence dans leurs extremitez se disent potencées.

Potencé, contre-potencé, c’est lors que deux pieces se rencontrent potencées l’une contre l’autre, & les Potences sont entrelassées les unes dans les autres.

Pourpre en ce Royaume est pris pour une couleur mixte, n’ayant de qualité asseurée au Blason, estant pris tantost pour couleur, tantost pour metail, comme composé de deux couleurs d’azur & de gueulle ensemblement il signifie generosité, temperance, foy, chasteté, devotion ; des qualitez mondaines, noblesse, grandeur, tranquillité, gravité & abondance de richesses.

R

Retrecy est au contraire de Racourcy, c’est lors qu’une piece n’a pas sa largeur ordinaire.

Rames ou Rameures, ce sont les cornes de Cerf, quelquefois sans nombre, d’autrefois on les specifie, car quelquefois le nombre fait la difference des maisons.

[page 41]

Rancher, se represente en forme d’un Bouc ou d’un Mouton, & quelquefois comme un Chevreul ayant long bois droit, avec andoüilles le tout plat & assés large le poil du ventre un peu long.

Rancier, est à proprement parler une faux, avec quoy on couppe le foing.

Ravissant, est le terme propre du Loup, parce que on le represente la gueulle ouverte, comme estant toûjours prest de ravir la proye.

Rampant, se dit du Lion & du Chien, lors qu’ils ont le devant du corps levé, & n’est besoin de le dire quant au Lion, parce que c’est sa posture ordinaire.

Renversé, voyez versé.

Resarcelé, se dit des pieces plattes & particulierement de la Croix, lors que l’extremiré estant comme ancrée & que les pointes de l’ancre sont en tournant comme la coquille d’un Lymaçon & d’ordinaire ces pieces resarcelées sont retrecies, & toûjours allaisées.

80. Rose se represente és Ecus tantost avec sa tige, fueillage & fleur, quelquefois la fleur toute seule, souvent en nombre quand elle a sa tige, on la dit soustenuë, & quand le coeur est d’un autre émail que le corps, on la dit boutonnée de ... boutons de Rose au naturel, sont le Hyeroglyphe de la beauté, de l’amour & de la jeunesse ; la Rose avec sa tige est le symbole de la beauté, de l’amour & de la jeunesse ; la Rose avec sa tige est le symbole de la beauté & de la bonne grace.

Rouant, est le terme qu’on attribuë ordinairement aux Paons ou Cocqs d’Inde, lors qu’ils font la rouë & mettent leur queuë en forme d’éventail, sur laquelle y ayant de petites marques en forme de Croissant d’autre émail, on peut dire Miraillé.

64. Rustre, est fait au Blason comme une Macle, avec cette difference neantmoins que le Rustre est percé en rond, & la Macle en losange.

[page 42]

S

Sable, est la quatriéme des Couleurs admises au Blason, & quoy que lugubre neantmoins fort usitée : Il signifie, prudence, duëil, tristesse, renoncement de soy-méme, simplicité, douleur, mespris du monde, &c.

Sanglier, se represente toûjours passant ne monstrant qu’un œil & une oreille, la teste baissée selon son naturel, il se represente quelquefois en furie quelque autrefois sans furie, & signifie la fureur guerriere & la brutalité impitoyable.

Le Sapin est usité au Blason par quelques uns, com-il surpasse en hauteur tous les arbres, il represente la Souveraineté.

Sautant se dit proprement du Belier, & quelquefois du Cerf pour distinguer les Maisons.

38. Saultoir, Saulteur ou Saultour, est fait comme la Croix de Saint André, & passe pour piece honorable ordinaire avec les mémes particularitez que la Croix.

39. Sautoir, à l’aise.

Semé se dit proprement lors que dans un Ecu on met quelques pieces sans nombre.

15. Senestré ou sinistré, se dit lors qu’au costé gauche de quelque piece ou anmal principal on y met une autre piece.

Soleil, se represente au Blason comme une Comette sinon qu’il est un peu plus grand, & qu’on luy represente deux yeux, un nez & une bouche.

Sommé, se dit aussi en deux sortes, lors qu’un Cerf à quelques piece entre les Rames on le dit Sommé, ce qui peut aussi dire de ses Rames à l’égal de sa teste, l’autre maniere se prend lors que sur une tour [page 43] ou autre piece, soit animal, ou plante on y admet une autre piece.

Soustenu, est quand il y a quelque piece au dessous qui la soustient.

Stangue, est le bois ou baston qui entre dans le fer de l’ancre.

Supports, sont ces animaux qu’on met au dehors aux deux costez de l’Ecu qui le supportent chacun de son costé avec leur pattes de devant, quelquefois par des Anges, hommes sauvages, Lions, Leopards, Licornes, Harpies, Aigles ou autres especes d’animaux de grande stature, qui sont le plus souvent d’Or & quelquefois au naturel, il n’y a guere en France que nos Roys, Princes, la Maison de Montmorency & quelque peu d’autres tres-illustres, qui se servent d’Anges pour tenants & supports, lesquels se representent au naturel avec cette particularité qu’on leur baille pour l’ordinaire des mantelets faits comme des Roquets qu’on double d’Hermines, & que l’on orne par le dessus des mémes Armes, qui sont au dedans de l’Ecu.

Sur le Tout, lors qu’un Ecu estant divisé, écartelé ou couppé, ou de plusieurs autres Ecus on et sur le coeur de l’Ecu un autre Ecusson, qui pour l’ordinaire doit estre des Armes principales de la maison & du nom, comme estant le lieu le plus honorable, lequel sur le tout se trouvant écartelé, ou divisé, & qu’il y eust encore un sur e tout, on dit sur le tout du tout ; On dit aussi sur le tout, du baston ordinaire ou filet de bastardise, quand il est brochant sur le tout.

Surmonté, se dit lors que sur une piece ou animal, on applique autre piece plus haute contre sa situation ordinaire.

Synople, est la troisiéme ds couleurs admises au Blason, qui plaist merveilleusement à la veuë, & la réjoüist beaucoup, les Turcs ont en singuliere recommandation cette couleur, la portans ordinairement à leurs Turbans, Sultanes ou Soutannes : le Synople signifie charité & esperance dont il est le Symbole, & encore diligence & allegresse d’esprit, des qualitez mondaines, honneur, amour, joye, force & abondance.

T

Taph ou Tau, est une espece de Croix telle qu’on la represente sur le manteau de Saint Anthoine.

Table d’Attente n’est autre chose qu’un Ecu d’un seul émail soit couleur, ou metail sans estre remply, ny chargé d’aucune chose.

Tacheté, c’est à dire diversifié de couleurs & ce terme s’adopte ordinairement au Tigre ou à la Salemandre que l’on tient d’une nature si froide que sans se blesser elle passe à travers des flames de feu, dont elle prend sa nouriture.

10. Taillé se dit quand l’Ecu est divisé en bande.

Tarrer ou Tarré, c’est à dire tourné & se dit proprement quand on veut expliquer la posture des Casques, Mitres ou autres Tymbres.

Taurreau, se represente comme le Boeuf fors qu’on le dépeint avec deux flocons de poil frisé entre les cornes, il est le symbole du travail & de la continence d’autant qu’il ne touche jamais à la femelle, quand elle a conceu.

Teste, comme l’on void des animaux dans l’Ecu aussi en represente on les parties, & membres plus notables avec cette difference que lors que l’endroit où elles ont esté separées d’avec le col, est tout uny, on les dit coupées, [page 45] & si elle parroissent de distance en distance plus relevées que les autres, on les dit arrachées.

Tierce est une piece composée de trois filets tout ainsi que la jumelle qui ne l’est que de deux filets, il faut specifier la posture en laquelle elle est soit en fasce ou en bande.

Tires, sont les traits de l’Eschiqueté, du vairé ou fasces endantées.

Toison, à proprement parler est une peau d’animal & le plus souvent d’un mouton.

Tortillé, bandé ou lié, se dit d’une teste de Morre, lors que ladite bande est d’un autre émail que la teste.

Tourné, se dit d’une piece ou animal, qui est tourné vers le costé dextre de l’Ecu.

Tourne-Soleil, est une fleur assés considerable, dont quelques-uns se servent au Blason, il est le symbole de l’homme de bien, qui a toûjours son coeur & ses actions tournées vers Dieu.

68. Tourteaux sont figures rondes, plaines & massives & sont toûjours de couleur.

Trabe, c’est la partie de l’ancre qui traverse la stangue, s’entend aussi quelquefois du baston qui supporte la Banniere.

Traicts, ce sont certaines lignes qui divisent un Echiqueté ou componé, parce que quand l’Ecu n’est entierement échiqueté, il faut dire de combien de traits la piece est composée.

Traisnée, c’est une espece de filet, soit droit ou ondoyant, auquel est attaché des deux costez quelque petite piece, fleur ou fruit, comme une espece de branche qui les auroit produit, & faut dire sa posture.

11. Trenché, c’est lors que l’Ecu est divisé par un trait en barre ou contrebande.

[page 46]

82. Treffle ou tierce feüille, est une herbe à trois feüilles & pour l’ordinaire on la represente avec une petite queuë ondoyante, & lors qu’elle n’a point de queuë non plus que la Fleur de Lys, on la dit au pied noury ou coupé.

Trescheur, voyez Essonier.

Tymbre, Casque ou Heaume, sont synonimes, & se prend pour la piece exterieure de l’Ecu, qui luy sert comme de teste & d’ornement, par exemple Chapeau, Casque & Mitre.

Le Casque ou Tymbre Royal est d’or ou doré, taré entierement de front, & tout ouvert.

74. Treillissé est semblable au fretté, fors qu’ils sont en plus grand nombre & sont d’ordinaire cloüez.

Celuy des Princes & autres grands Seigneurs est seulement d’argent, d’Amasquiné d’Or ou d’Acier poly.

Les Casques des Ducs doivent avoir neuf grilles ou barreaux & sont tarez de front.

Les Casques des Marquis, Comtes ou Enfans des Souverains ont onze grilles tarez de méme.

Ceux des Barons cinq grilles ou barreaux tarez de méme.

Ceux des Chevaliers & Gentils-hommes doivent estre tournez de porfil ne montrans que trois grilles.

Ceux des Escuyers aussi tournez de porfil & presque fermez.

Ceux des Bastards doivent estre contournez, clos & fermez ; Aujourd’huy on passe par dessus toutes circonstances qui sont en la plupart abolies & autant confonduës, que les briseures, dont il est cy-devant parlé.

[page 47]

V

Vair ou vairé seul, est la deuxiéme des foureures dont on se sert au Blason, & est fait en forme de cloche ou Chapeau, à la reserve qu’il est plus pointu par le haut, & quant on veut exprimer la vraye foureure de vair, on remplit l’Ecu, ou les pieces dérangées de ces pots qui doivent estre toûjours d’azur & le champ d’argent, autrement il les faut specifier.

Vair-contre-vair, ou vairé contre-vairé, autrement appellé en terme heraldique Beffroy, qui est une chose assés rare en cette Province, c'est lors que les pots, ou cloches ont leurs bases l'une contre l'autre & sont renversez en fasce ayant pointe contre pointe, il se voit des animaux & autres pieces chargées de la sorte ou vairez simplement.

Vanet est une coquille sans oreilles, & se prend méme confusément, estant faire comme un petit van à vaner le bled & s'appelle vanet, lorsqu'il est d'une figure plus grande que ne doit estre une coquimme ordinaire de Saint Jacques.

Versé ou renversé se dit proprement du Croissant ou du Chevron qui à la pointe en bas.

Vigne est quelquefois usitée au Blason des Armoiries, soit en branches ou en feüilles, c'est le symbole de l'intemperance, elle l'est aussi de réjoüissance & de liesse.

Vilené se dit du Lion, qui a la marque du sexe d'un émail different.

Vilennie, Lion sans vilennie, ou éviré, c'est lors qu'il ne parroist point au Lion de vilennie sous le ventre.

Ville se represente environnée de tours, à portes closes ou ouvertes, & à murs crenelez par le haut quelquefois massonnée d'autre émail.

[page 48]

Vires, sont des cercles, ou anneaux passez les uns dans les autres.

Virolle, ou virollé, c’est le cercle ou anneau qu’on met aux extremitez d’un cors ou trompe de chasse, dont on ne doit point parler, si ce n’est que la virolle soit d’autre email que la trompe.

25. Vivre ou Guivre, est une Couleuvre ou Serpent tortueux, on void des fasces ou bandes vivrées, qui sont endantées & les dents éloignées les unes des autres, telles que la figure cy-devant.

97. Vol, demy-vol, quand au Blason on represente le vol entier, ce doit estre deux aisles d’oyseaux posées en fasce ou autrement, quelquefois liées d’autre émail, & un demy-vol doit estre, l’aisle dextre seulement ayant l’aisleron en haut.

Vuidé, se peut dire de toutes sortes de pieces plattes estans ouvertes à jour, en sorte que l’on void le champ par leur ouverture, il se void des Croix vuidées, clechées & pommetées, telles que la Croix de Thoulouse : Vuidé se peut aussi dire eschancré ou enfoncé.

Fin de l’Instruction de la Science du Blason.